Société d'Histoire Naturelle Alcide-d'Orbigny

Sympetrum

Sympetrum sanguin - (Müller, 1764)

Sympetrum sanguineum

Espèce très commune, la plus fréquente des espèces du genre, au bord des eaux stagnantes avec végétation fournie, en plaine comme en altitude, mais surtout en dessous de 1000 m : bras-mort, chaux, marais et un peu plus rarement tourbières (Lachamp, Champmort, Bourdouze). Vole souvent un peu à l’écart des rives, dans la haute végétation.

Confusions possibles : avec S. depressiusculum qui a également les pattes noires dont la nervation des ailes est plus dense et dont les tâches noires latérales de l’abdomen sont en forme de petits triangles visibles du dessus. En plus, le front de S. depressiusculum est jaunâtre alors qu’il est rouge chez les adultes de S. sanguineum.
Attention, les tâches noires sur le dessus de l’abdomen peuvent être très réduites voire absentes chez certains individus méridionaux.

Phénologie : de fin mai à fin octobre ; pic fin août.

Répartition altitudinale : 122 sites de 265 m (bec de Dore) à 1238 m (l’Estivadoux) ; pic entre 200 m et 800 m.

Cartographie dans le département du Puy-de-Dôme

Cercles : données A.-J. Francez.
Ronds noirs : données F. Bronnec.
Ronds gris : autres données, Brugière (1986), Leroy (2001, 2005), SLO (2001), groupe Sympetrum (C. Deliry) et J.-P. Barbarin, E. Boitier, J. Frat, B. Gilard, R. Legrand, G. Thompson, M. Verges (comm. pers., 2006).
Chaque rectangle correspond à une demi-carte au 1/25000 (IGN série bleue).

Article de Thibaut Delsinne, lundi 7 mars 2016